parti d'albi

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Aller en bas

parti d'albi

Message par Reinemab le Lun 31 Aoû - 12:42

Partie dans la nuit du 30 Aout de Albi, en compagnie de ses anges Pat, et Zazous tenant son fils entre les bras...

Pat fouettait le cheval, qui tirait la roulotte qui roulait, en direction de castres, l'aventure de plusieurs mois et peut être années, était enfin lancée...

Le cheval un véritable serviteur, puissant, gentil, placide... Nécessitent de grandes qualités...

Au départ, reinette avait prit soin de bien l'harnacher et l'atteler...

Pat jouais fièrement les cochers...
La petite grenouille qui n'y connaissait pas grand chose en guidage de cheval, avait préférée lui céder cette place, elle l'observait et apprenait, pour peut être ensuite elle aussi le guider...

En cours de route, reinette posait un tas de questions utiles à Pat, qui lui donnait différents conseils pour profiter pleinement par la suite, au plaisir de la conduite du cheval sur les chemins...

Heureuse de se voyage, d'autant plus en sa compagnie, elle posa doucement sa tête sur son épaule, et s'assoupit, sereine... bercée par les coup de fouets et les caillasses forment le chemin...

Quand soudain, la caresse du soleil vint la tirer du sommeil, ouvrant doucement les yeux, ils étaient arrivés à Castres, qu'elle avait quittée inconsciente la dernière fois, ainsi cela allait lui permettre de dire au revoir et remercier les gents qui ont put l'aider ici, durant sa mésaventure...

Elle descendit doucement, embrassant pat sur le front pour ne pas le réveiller, lui qui s'était assoupie après avoir assurer le trajet...
Puis, elle se dirigea, en ville dire au revoir et merci à quelques connaissances...
avatar
Reinemab
Admin

Messages : 462
Points : 364
Réputation : 0
Date d'inscription : 28/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://royaumedesrainettes.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: parti d'albi

Message par Reinemab le Lun 31 Aoû - 16:58

Reinette s'était rendue en ville et avait croisée son amie Lab et put ainsi lui remettre le présent qu'elle souhaitait lui offrir, un pendentif représentant une grenouille en minerai vertueux, qui apaise et éloigne la mélancolie, mettant en phase avec la réalité...

Soulagée d'avoir put la voir avant son long voyage, reinette repartie ainsi à la roulotte plus légère...

Une fois arrivée, qu'elle fut sa surprise, quand elle monta dans l'embarcation pour prendre du pain, constatant que zazous et son fils, n'avaient pas couchés là...
Avait elle sauté en route? ou était elle descendu à l'arrêt ayant oublié quelque chose à Albi? ou simplement oublié de monter dans la roulotte au départ ???

Quoi qu'il en soit, reinette alla voir son angelot au pas de course, à l'avant de la roulotte, qui dormait encore, l'avertissant que leur amie commune manquait à l'appel...

Patou, patou, Zazous est pas là, j'espère qu'elle va bien.

Après réflexions, ils prirent la décision de l'attendre le lendemain à castres.

La journée, passait, et il fallait préparer la nuitée, qui pointerait le bout de son nez...

C'est en regardant Pat s'éloigner chercher un peut de bois en foret, que lui vint une idée...

Tout deux adoraient la nature, celle ci était leur maison, leur bulle, leur nid, c'est avec elle qu'ils s'expriment, se découvrent et s'enrichissent...
Ils établissent avec elle un dialogue d'ordre spirituel...

Cette nuit,ils ferraient corps avec elle avec l'autre et pour se faire, il fallait réaliser un lieu digue d'une telle première nuit étoilée...

Parcourant doucement les chemins, elle trouva de jolis fruits rouges sauvages, dans des petits arbres longent les sentiers. Ils se présentaient en grappe, et soudain, lui vint son idée...
Elle prit plusieurs branches et s'en retourna doucement vers la roulotte, en traversant discrètement la foret de Castres...
Se penchant temps à autre pour, ramasser et placer sous ses bras des branchages d'érable...

Elle espérait que pat ne la remarque pas dans ses bois, et c'est le dos courbée, pour fuir avec son butin, qu'elle regagna l'habitation roulante...

Non loin, elle avait aperçut un joli coin verdoyant en forme de nid, elle s'y rendit, et entama son œuvre, elle y mit du cœur à l'ouvrage, y passa plusieurs heures...
Car oui éternelle insatisfaite, elle recommençait encore et encore, jusqu'à se que tout soit parfait... Piquant ses branchages d'érable dans le sol , tout autour du centre du grand nid, assai grand pour les accueillir tout deux... Et disposant pour un effet décoratif les grappes de sorbes...

C'était fin prêt, reinette se recula, en chassant la sueur de son front avec le dos de sa main, et regarda son nid



dans un profond soupire de soulagement et de satisfaction, elle se mit à sourire, et s'y plongea dedans pour s'assurer du confort...
Il était si confortable et elle tellement épuisée par sa volonté de bien faire, qu'elle n'échappa pas aux bras de Morphée pour s'y assoupir et s'y lover profondément...
avatar
Reinemab
Admin

Messages : 462
Points : 364
Réputation : 0
Date d'inscription : 28/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://royaumedesrainettes.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: parti d'albi

Message par Reinemab le Jeu 3 Sep - 10:15

Catel, quelle ville étrange qui semble abriter voleur, brigands et vagabond, une ville où l'ambiance est à la fête avec ses nombreux tziganes, dont leur mairesse...

Ville tout aussi agréable que effrayante, surement une ville où il n'ai pas très bon de dire où nous nous dirigeons, afin d'éviter les attaques en chemin...
avatar
Reinemab
Admin

Messages : 462
Points : 364
Réputation : 0
Date d'inscription : 28/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://royaumedesrainettes.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: parti d'albi

Message par Reinemab le Jeu 3 Sep - 10:16

Arrivée à Carcassonne reinette donne des nouvelles à Albi et plus particulièrement à son amie Jessie

Voici quelques nouvelles depuis notre départ...

Après avoir traversé castres, castel nous étions arrivé à Carcassonne, où l'on a put admirer se magnifique château fort, où des ruelles lézardent dans les remparts abritant ses habitants et visiteurs de toute invasion...

Nous profitions de cette surprenante ville dont les tours et créneaux nous transportent...

On n'a put aussi y découvrir le Canal du Midi, où avec plaisir mes grenouilles et moi même, nous y avons filer Croasser de bonheur... CRrroCrRoOcCrOOaACc... Concourant avec les grillons, à qui chantera les plus forts...

Mes compagnons, et moi même devons déjà reprendre la route, mais ne vous inquiétez pas, tout le monde se porte bien et puis la roulotte que Eric nous a confectionné, va sens doute nous porter et nous protéger encore pas mal de temps...

On vous embrasse, prenez soin de vous aussi...

Grosse lechouille à toi mon amie et grosses bises à Albi
avatar
Reinemab
Admin

Messages : 462
Points : 364
Réputation : 0
Date d'inscription : 28/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://royaumedesrainettes.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: parti d'albi

Message par Reinemab le Lun 14 Sep - 2:22

ecrit à Eric



Bonjour l'ami

Comme tu peux le constater,je me suis mise à
peindre un peut,afin d'illustrer nos voyages...

Actuellement nous traversons les terres
Languedociennes...

Les paysages sont magnifiquesavec ses petits
arbres ornées de fruits verts, appelés olives.
L'huile qu'ils en tirent est un véritable nectar,
j'ai eu la chance de pouvoir en gouter sur
bonne tranche de pain grillée.
Miam, me suis régalée, j'aurais bien voulu
en prendre sur le marché, mais ouaa
quand j'ai vu les prix,'ai compris pourquoi
il fallait le consommer avec modération...

Sinon, j'ai eu aussi le plaisir, de visiter les arènes
de Nimes, malheureusement, elles sont plus trop
utilisées pour les courses, beaucoup de vagabonds
et de gents malade y ont élus domicile.
J'aurais bien voulu prendre le temps d'aider
les médicastres, mais une longue route encore
nous attend...

En attendant, le départ de la roulotte, qui diantre
merci tient le coup sur les routes, merci pour ton
bon travail, ainsi qu'a drum...
Donc oui en attendant, je me prélasse sous les
oliviers, où diocésaine et monseigneur, me font
déguster un vin, soit disant papal, qui donner
bien mal au crane.

J'espère pouvoir vous redonner bientôt de nos
nouvelles, pat, zazous et son petit, vont bien,
et tous pensons fort à vous amis d'Albi..

Milles baisers du Languedoc
la petite grenouille
avatar
Reinemab
Admin

Messages : 462
Points : 364
Réputation : 0
Date d'inscription : 28/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://royaumedesrainettes.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: parti d'albi

Message par Reinemab le Lun 21 Sep - 22:03

[à l'aube quelques part sur les routes : Monptensier]



Un son. Juste un son, le clapotis des dernières gouttes de pluie qui se perdent, régulières, dans un vide perdue dans la brume matinale...

Et, là, soudain, éveillant l'ouïe des gardiens de remparts, avançant sous cette fine bruine, une forme se dessine, sautillant et sautant dans les flaques laissées par cette nuit agitée...

Sauvage?
Une silhouette d'une jeune femme à la chevelure étrange, mèches verdâtres, elle n'a pas l'air d'être du coin, cette longue et mince Albigeoise au pas frétillants : c'est Reinemab

Cette petite grenouille, a la mine heureuse, sous la rosée du matin, étant arrivée la nuit précédente dans sa jolie roulotte, un soir où le ciel était étoilé et parsemé de milles éclats...

Elle déambulait prêt des remparts vêtue de la robe la plus somptueuse de ses malles, panoplie verte aux fleurs blanches piquées...
C'est à fin de ne point la crotter, qu'elle remonta le bas du tissu de ses petits doigts, laissant là apparaitre une longue paire de bottes dont la couleur n'était plus visible, tellement qu'elles étaient imprégnées de boue...

Soudain elle s'arrêta et regarda au loin, observant les paysages tremblants au grès du vent, espérant peut être apercevoir celui pour qui elle s'était faite si belle...

Sur ces épaules une petite étole, il faisait doux en avait elle réellement besoin? Ou bien alors, avait elle prévu de réchauffer quelqu'un?

Quoiqu'il en soit, sur ses chemins de la connaissance ou de la sagesse, elle observe et imagine la forme adéquate et belle qu'elle espère...
avatar
Reinemab
Admin

Messages : 462
Points : 364
Réputation : 0
Date d'inscription : 28/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://royaumedesrainettes.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: parti d'albi

Message par Reinemab le Mar 22 Sep - 10:54

venez donc vous assoir prêt de moi pour cette petite halte à Montluçon...

Venez donc plus prêt que je vous racontes l'histoire des Grenouilles Éphémères...

Se sont des grenouilles, comme vous et moi (enfin, je veux dire qu'elles ressemblent à des vraies grenouilles, celles que l'on trouve dans nos mares: elles ne sont ni roses, ni géantes, ni invisibles)...

Elles se déplacent, par bonds de grenouille, qui font Crump, Crump, Crump...Pour être précis, la Grenouille Ephémère fait exactement Splotch, Crump, Crump, Crump, Crump, Crump, Crump, Plotch. Et c'est tout...

Et c'est bien en cela qu'elle est particulière et étonnante...

Ce que l'on sait des Grenouilles Éphémères se résume donc à ce petit jeu: elles apparaissent (de nulle part, en se matérialisant, tout d'un coup, de manière imprévisible), bondissent (6 fois) et disparaissent, à l'apogée de leur dernier saut, en ne laissant que la trace de leur passage dans l'herbe humide...

Ce comportement, somme toute inhabituel dans l'histoire de l'évolution, et peu propice à la sociabilité, fait des Grenouilles Ephémères l'espèce la plus énigmatique de la gent animale (bien avant l'Escargot Télépathe, qui pourtant se pose un peu là comme énergumène fascinant)...

Il est surtout amusant de mettre en regard l'extrême simplicité de son existence (Splotch, Crump (6), Plotch), et la quantité insondable de publications diverses qui ont tenté (sans succès) de répondre à ces deux questions essentielles:
- d'Où vient-elle
_ et Où va-t-elle?

Une petite recherche bibliographique rapide permet ainsi de constater que, sur les dix dernières années, ce ne sont pas moins de 137 thèses que se sont attaquées à ces questions (considérées par la communauté scientifique comme les Interrogations les Plus Importantes de Tous les Temps), pour, il faut malheureusement le dire, peu de résultat...

Malgré cela, il est incontestable que la Grenouille Éphémère semble porteuse d'un secret cosmologique, métaphysique, existentiel: il se pourrait qu'elle viennent de Là Où Nous Venons et qu'elle disparaisse Là Où Nous Allons...

Tout le mystère de l'univers, selon les plus brillants physiciens, pourrait nous être révélés par la compréhension de la Grenouille Éphémère...

A condition d'arriver à la comprendre...

CrOOAaacc Crooaacc *Splotch, Crump, Crump, Crump, Crump, Crump, Crump, Plotch*
avatar
Reinemab
Admin

Messages : 462
Points : 364
Réputation : 0
Date d'inscription : 28/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://royaumedesrainettes.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: parti d'albi

Message par Reinemab le Ven 2 Oct - 12:27

Reinette et ses amis arrivèrent enfin à Mortagne, la ville de son meilleur ami, ange, amant et dorénavant grand amour Patrice14...

Elle avait prit idée de partir de Albi en cheval et roulotte, au grand étonnement de la part de ses amis...

Elle n'y connaissait rien aux chevaux, n'ayant jamais harnacher un cheval de trait, ni même effectué la moindre manœuvre avec une roulotte, mais casse là de tienne, quand reinette avait une idée en tête, elle ne l'avait pas ailleurs. C'est ainsi, qu'elle fit construire par son ami charpentier Eric.mrk, sa belle roulotte, ainsi qu'offrir un cheval et des fers pour les roues et les sabots du canasson, par un ami Drumgray forgeron. Reinette savait bien qu'elle avait de la chance de pouvoir compter sur ses amis, et a jamais elle leur en serrait redevable...

La voilà parti récupérer la roulotte avec Pat et leur cheval qui s'avère être une jument du nom de "Bourrique". Par chance Pat et zazous, savaient conduire une roulotte, et purent ainsi conduire la belle roulotte sur les chemins.
C'est ainsi, que tous ensemble, ils prirent la route vers un champ quelques Kms plus loin, pour la halte du premier soir.

A l'arrivée avant toutes choses, il fallait faire le service à la jument, déshabillage, brossage, puis un peu d'avoine et seulement après ils s'occupèrent d'eux, petit feu de bois devant la roulotte où se mit à chauffer les poissons fraichement péchés, le bois un peut humide il fallu drôlement souffler. Puis l'heure du couché, reinette installa le lit pour zazous et son fils dans la roulotte, puis alla préparer une couche plus naturelle à l'extérieur pour elle et son ange adoré...

Au petit matin vers 4h30, ils se levèrent, il était temps de reprendre la route, aux heures où les gouttelettes de rosée viennent vous caresser le bout du nez...

Puis rebelote les nuits suivantes...

Mais un matin, où reinette se réveilla avant tout le monde, elle constata que Bourrique avait disparue et paniquée commença à la chercher, tout en se demandant s'ils ne se l'étaient pas fait voler...
A l'emplacement du camps ne restait plus que la chaîne et le piquet mais au bout il n'y avait plus rien, repèrent des traces de sabots fraîches qui partent en direction du centre village, reinette en déduisit que la sale bête était retournée à la ville la plus proche. La voilà donc partie à sa poursuite, et "bingo" elle retrouve la bestiole tranquillement occupée à manger une botte de foin, dans le champs d'un paysans du coin...

Reinette attrapa la longe, et tenta de tirer l'animal, MAIS ça se passa pas si facilement, la bestiole qui frisait près de 700Kgs n'avait pas l'intention de la suivre... Alors la jeune soldate, tenta de monter dessus mais la jument ne voulant pas lui croqua le derrière...
Ne sachant quoi faire, reinette prit de la baille dans une main et la tendit devant le museaux de la bête, c'est ainsi que enfin elle arriva à la décider d'avancer. Elle s'arrêta un peut plus loin, devant une maison avec de la verdure qu'elle se mit à commence à dévorer, la propriétaire des lieux se mit à râler:
Citation:
y a votre cheval qui mange ma haie et mes fleurs

Reinette embêtée répondit alors : j'y peux rien elle refuse de venir
Elle expliqua alors à la Donà ses malheurs avec cette bestiole, et là miracle, cette dame avança et parla à la jument, puis lui colla un coup de badine sur l'arrière train et la voilà partie en laissant reinette sur place qui dut courir pour la suivre...
Bref elles arrivèrent enfin à la roulotte et enfin ils purent raccrocher Bourrique, pour repartir... Là c'est une journée complète donc la prochaine halte est beaucoup plus loin, arrivez dans la soirée et même corvée que la veille, Reinette demande à se qu'on lui passe la chaîne pour amarrer la jument.

- elle est où
-Dans le coffre sous le siège avec le seau
-y a le seau mais pas la chaîne
-Et Me.... on l'a oublié dans le champ d'avant

C'est le désert pas de ville, pas un carriole, pas un piéton, rien, voilà la jeune soldate infirmière partie à pieds et de plus il commence à pleuvoir, pour cette douzaine de Kms aller et retour qui l'attend, mais elle revient les bras chargés de la chaine. Là, l'attendait zazous, et Dimitri, ainsi que ses rainettes ravient sous la plus entrain de patauger dans une flaque...

Mais où était partie pat? il avait disparu, c'est ainsi de reinette décida de l'attendre une journée de plus, et donc amarra la jument en vérifiant, bien comme il faut, que la manille soit verrouillée et qu'elle ne puisse pas s'ouvrir même si la bestiole gigote. Au petit matin elle se fit belle et prépara une soupe bien chaude pour son ange, qui avait passé la nuit dehors, quand elle le vit elle ne lui posa aucunes questions. Il tremblait de froid, elle se contenta de lui ouvrir une couverture et lui servir une boisson chaude, et pour sa virée nocturne, elle resta un mystère...

Le 3ème et 4ème jour se passent sans grand chose. La jument s'habitue petit à petit à eux et réciproquement, le matin quand ils sortent de la roulotte, elle vient vers eux tel un chien pour la petite caresse et la pomme du matin, arrivant même à jouer avec elle, sauf qu'un coup de tête parfois elle envoi voler reinette à 3 mètres, et oui c'est plus gros et plus fort qu'un chien, mais elle de vient de plus en plus sympatique, sacrée Bourrique.

Après plusieurs jours à traverser les contrées à visiter, le couvent d'une de leurs haltes, leur ouvrant même les portes pour admirer l'intérieur, des vitraux rutilants et magnifiques sauf un couvert de crasse sur une moitié, répondant que c'est en accord avec Mr le curé pour faire voir qu'il entretient et nettoie bien les vitraux "ça se défend"...
Puis reprirent le chemin de la sorti pour le voyage, après que le curé les ais délesté d'une pièce de 5 écus...

La route reprend donc sous un soleil timide, l'herbe est toute blanche du fait des gelés, le midi petite halte pour se ravitailler et au démarrage la jument vise mal la sortie des rempart de la ville et "bing" la roue avant embringuée entre la porte et le pilier, la porte pliée et la tige de frein de la roulotte avec, essayant de détordre un peu le frein pour pouvoir repartir, amenant bourrique à l'arrière et faisant un tour avec les traits dans les rayons de la roue arrière et petit à petit en s'y reprenant à plusieurs fois la jument sort la roulotte, les dégâts sont pas très importants ouff, mais tellement crevée que le soir venu, reinette discuta à peine avec ses compagnons de misère, tout aussi épuisés et tous partir se coucher mort de fatigue...

Le lendemain le chemin passa par une ville avec une grande descente, impossible de manœuvrer le frein et ça descend dur la jument a les pattes avant tendues les arrières pliées et le cul au raz du sol, on voit même des étincelles sous les sabots et le tout glisse de plus en plus vite vers le bas loin devant, il parait que la roulotte fait près d'une tonne, Mayday, mayday, vite une astuce, heureusement que reinette avait gardé le pavé qui leur servait à enfoncer le piquet de la chaîne, elle commença à taper comme une sourde sur la tige du frein pour la redresser et y arriver ce qui freina la roulotte et permit à la pauvre bête de se redresser, d'arriver sains et sauf au bas de la côte...

C'était dangereux, mais tellement amusant, que Dimitri rigolait sens cesse, reinette se dit qu'elle referait surement cela, avec ses propres enfants quand elle en aura...

En attendant, Pat, zazous, son fils et reinette avaient terminés leur périple et faisaient enfin leur entrée dans Mortagne, croisant ça et là des passants, pat en saluant quelques uns, qu'ils connaissaient sans doute...
Sachent que la halte ici allait être plus longue et plus agréable, ils mirent bourrique et la roulotte dans un enclos non loin de chez Pat...

Reinette heureuse, tenant la main de son ange et regardant zazous courir au loin rejoindre Berm en taverne, qui depuis longtemps l'attendait...
La jeune femme, souria à la scène avant que le regard scintillant, elle s'adressa à Pat
Alors c'est ici chez toi? tu me fais la visite?
elle attendit qu'il lui répond, tout en se plaçant face a lui et doucement passer ses mains autour de ses hanches, pour l'enlacer en scellant ses mains dans son dos...
avatar
Reinemab
Admin

Messages : 462
Points : 364
Réputation : 0
Date d'inscription : 28/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://royaumedesrainettes.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: parti d'albi

Message par Reinemab le Sam 3 Oct - 1:27

pat à ecrit :

après un long voyage , pat , reinemab , zazous et dimitri étaient enfin arrivés a MORTAGNE .il était heureux d'avoir pu honorer son contrat comme promis a son frérot bermude lui ramener sa douce en vie .

Pour l'heure il était grand temps de montrer sa charmante ville a son ange.

Il prit la main de reine et commença lui faire découvrir la grande place , là ou trônait un vieux chêne centenaire. Puis aprés quelques pas ils découvrirent le marché avec ses légumes tout fraîchement sortit de terre , les bouchers criant d'ici de là qui veux de la bonne viande bien fraiche
et les belles etoffes que les tisserands s'apprétaient a ajuster aux corps de belles femmes qui papillonnaient rien qu'a l'idée d'étre aussi bien vétues.

Aprés avoir fait découvrir la mairie , l'église et les differentes ruelles , pat et reine prirent un coup dans une des nombreuses tavernes ou ils purent siroter une bonne biére bien fraiche et s'enlacer amoureusement mais il était temps pour pat de montrer sa chaumiére a sa belle , il espérait que celle -ci conviendrait a sa douce.

Aprés une bonne demi-heure de marche a travers un sentier caillouteux , traversant un petit pont de bois ou un ruisseau coulé ,a la lisiére de la forêt, ils 's'approchérent de la dites maison.

ils s'arréterent , pat pris la main de reine et lui serra legerement, mon ange voilà mon humble demeure qui est la notre maintenant du moins si celà te convient , pat sourit et attendit la réaction de reine.
avatar
Reinemab
Admin

Messages : 462
Points : 364
Réputation : 0
Date d'inscription : 28/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://royaumedesrainettes.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: parti d'albi

Message par Reinemab le Sam 3 Oct - 1:28

Reinette était main dans la main avec pat, qui lui fit visiter Mortagne et son marché...

Ainsi c'est déambulant sur les étales que la jeune femme d'une finesse esthétique, petite perle encore fragile d'un long coma, qui la réduisit quelques temps au silence, inquiètent ses amis, se mit à resourire dans les bras de son ange gardien...

Passant devant les bouchers, elle se mit a renifler...

Attrapa un morceau de viande en grimaçant, le regard sévère, n'en ayant encore jamais vu d'aussi sec...
Le secoue, puis le repose en râlant...
Beurk, ça doit être dur à mangé se frotte les mains sur ses fichus, bouchère elle même, n'en avait encore jamais préparer de cette façon, cela était totalement nouveau pour elle
bon allons voir à côtés...

Doucement elle avança, tout en tirant le bras de Pat, les marchés la passionnait, cela en disait tellement sur les richesses, la vie et la culture d'un comté...
C'est ainsi, que découvrant de nouvelles ressources, intriguée elle explora toutes les tables des marchants, flânant doucement, les yeux rivés sur toutes ses merveilles, touchant du bout des doigts ses nouvelles textures...
Émerveillée reinette ne savait plus ou donner de la tête, bousculant parfois quelques consommateurs, trop attrayée par sa curiosité de douce rêveuse...

Soudain elle trouva, une véritable merveille, un tissu, lisse et doux, comme elle n'en avait jamais touché avant, léger comme une plume, la jeune soldate en lâcha la main de son tendre aimé, prit le trésor du bout des doigts et le souleva dans la brise, celui-ci vint lui frôler la joue d'une douce et agréable caresse, les yeux fermés, elle se mit à rêver d'une tunique dans se tissu. Se disant que sens doute, cette agréable sensation sur sa peau nu, devrait être des plus agréable...

Soudain, la jeune femme fut sortie de ses songes par l'étales à côté
qui veux de la bonne viande bien fraiche
Elle se retourna et vu le marchant croisé juste avant, puis son regard se tourna vers pat, qui la regardait là, elle se mit à lui sourire, puis afin de se faire pardonner de l'avoir abandonné quelques minutes pour un simple tissu, elle le tira vers un muret, le colla tout contre et l'embrassa, là dans cette petite ruelle...

Heureuse d'être avec lui, elle laissa son sourire doucement s'afficher sur son visage, glissa de nouveau ses doigts dans les siens pour se laisser guider dans une taverne, afin de se restauré et fêter leur arrivée...

Puis enfin, l'instant qui faisait qu'à chaque pas qu'elle fit, lui serrait le cœur, l'instant où son sang ne fit qu'un tour, le moment où les doigts deviennent mouhates et se resserrent, découvrir là où son ange adoré vivait...

Ils s'arrêtèrent devant une petite maison très modeste, au volet bleu, une petite chaumière, d'un charme majestueux, une beauté que la maisonnette n'avait pas à envier aux plus belles demeures et châteaux...
mon ange voilà mon humble demeure
C'est les yeux pétillants devant temps de beauté sur la simplicité, que en bruit de fond, elle entendit le son de la voie de son Pat
qui est la notre maintenant du moins si celà te convient
Sens dire un mot, elle lui sauta au coup et lui offrit un tendre et long baiser, qui chauffa sous ses douces lèvres...

Ô Mon ange, c'est parfait, bien sure que ça me convient

Lui colla un nouveau baiser, puis tellement impatiente, qu'elle trépigna.
Bon, alors on rentre? ou on couche dehors?

Elle plongea son regard d'émeraude dans le sien, reprit sa main, le sourire aux lèvres, la leva devant son visage pour y déposer une bise claquante, et attendit qu'il la guide...
avatar
Reinemab
Admin

Messages : 462
Points : 364
Réputation : 0
Date d'inscription : 28/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://royaumedesrainettes.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: parti d'albi

Message par Reinemab le Dim 4 Oct - 11:33

A en voir le regard de sa bien aimée, pat pensait que la maison lui plaisait.

Main dans la main , il ouvrit le petit portillon en bois , une petite allée caillouteuse se présentait devant eux et de chaque coté de celle ci , un petit bout d'herbes avec quelques arbustes plantés de ci de là aux senteurs et a l'allure différentes et quelques fleurs résistant a l'automne qui s'annoncait.


une fois la porte d'entrée bleue passée, reine put découvrir une grande piéce les murs en pierres avec les joints joliments déssinés , sur un pan de mur un buffet ou le peu de vaisselle était entreposé , pat l' avait fabriqué jadis du temps qu'il était charpentier a albi.

prés de la cheminée en pierres sculptées , deux beaux fauteuils étaient érigés pour les douces nuits de l'hiver dérriére eux se tenait la table et les chaises.

puis pat ouvrit la fenetre qui donnait sur l'autre coté de la maison , au fond un cabanon en rondin de bois servant a entasser les buches , le lopin de terre était entouré d'un petit muret en pierres ou le lierre s'agrippé quelques fois et on pouvait distinguer aussi quelques beaux rosiers aux jolies fleurs d'un rouge ecarlatevoilà mon ange mon havre de paix , un petit bout de terre en plein soleil juste a la lisiére de la forêt , viens regarde comme c'est magique, ecoute les oiseaux chantaient.

t[i]out en s'approchant , pat pris reine par la taille et l'embrassa dans le cou, puis lui murmura[/ij] je te montrerais la chambre juste a coté mais installe toi , je te prépare une bonne tisane.
avatar
Reinemab
Admin

Messages : 462
Points : 364
Réputation : 0
Date d'inscription : 28/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://royaumedesrainettes.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: parti d'albi

Message par Reinemab le Lun 5 Oct - 1:51

Bermude21 a écrit:berm laissa un mot a zazous

Code:
ma toute belle je ne suis pas parti loin je suis allé chez pat et reinette, je sais que tu as besoin de sommeil,je t'ai donc laissé dormir  rejoint moi chez lui avec le petio

amoureusement berm

une foi ces quelque mots écrit il partit avec un cadeau de bien venu a pat et a ca reinette,

bon j'espère qu'il aimeront
je ne suis pas un pâtissier alors pour les gâteaux il repasseront moi je suis boucher donc


il présenta tout ca sur une assiette, et partit en direction de chez son frero et sa belle frerotte.
il traverssa mortagne en regardant les couleurs de l'automne poindre, a travers les volutes de bué faite pas ca respiration du a la fraicheur matinal en ce remémorant les nombreuse foi qu'il avait fait ce chemin afin de s'occuper de la maison de son frère lors de son déplacement, pour ouvrir ces fenêtres et laisser l'aire entrer mais surtout arroser ces plantes, à cette pensée il fut pris de panique je n'ai jamais arrosé ces plantes houlla je vais me faire engueuler moi, il avala ca salive et continua son chemin d'un pas beaucoup moins assuré ,pas pressé de ce faire vilipender par pat pour ces plates morte

berm arriva devant le fameux portillon en bois qu'il passa d'un pas assuré en voyant les fleurs de chaque coté il ce dit allé chez une dame sans fleurs c'est mal poli tout ca, il sorti son couteau et confectionna un bouquet de fleurs de zinnia pas tres fraiches


il arriva devant la porte et il donna quelque cout de battoir afin de ce faire entendre et attendit dehors au frais qu'on lui ouvre la porte,
au mois le boudin sera frais pas comme les zinnias,cette pensée le fit sourit et il pensa que les zinnia fatigués ne serait que retourner le couteau dans la plait il jeta donc le bouquet sur la gauche, en manquant presque de faire tomber son cadeau
avatar
Reinemab
Admin

Messages : 462
Points : 364
Réputation : 0
Date d'inscription : 28/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://royaumedesrainettes.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: parti d'albi

Message par Reinemab le Lun 5 Oct - 1:52

reinette était main dans la main avec son ange, le sourire aux lèvres...

Il la traina de l'autre cotés du portillon, reinette les yeux pétillants ne perdit pas une miette du spectacle offert à elle.
Ll'automne était là, faisant danser devant ses yeux ébahis une palette de couleur, dingue des plus grands artistes...

Soudain une brise vint lui caresser le visage, elle ferma les yeux et de là découvrit d'autres plaisirs.
Redressant son nez vers le ciel tel un chaton découvrant l'odeur de la viande, elle respira les doux parfums des feuilles mortes séchant sur le sol, ainsi que celui des zinnias fanant...

Penchant ensuite la tête, afin de dresser son oreille, se laissant toujours guider les yeux fermés par son aimé.
Écoutant leurs pas marcher en accord sur les graviers, une sensation paisible et rassurante se mit à l'envahir, et c'est en entendant le bruit de la porte de la maisonnée s'ouvrir, que dans un mouvement de tête elle ré ouvrit les yeux, tout en inspirant profondément...

Une odeur plaisante comme charger d'un passé, ou d'une histoire, s'engouffra dans ses narines, son regard se posa sur les vieilles pierres, d'où semblait provenir l'essence.
Elle déposa sa main sur le mur, et lentement le longea en le caressant, tout en regardant pat s'éloigner pour ouvrir la fenêtre donnant vers l'arrière de la maison...

De là la pièce paraissait soudain plus clair, et reinette put en apprécier toute la beauté modeste du mobilier, elle avança telle une enfant découvrant un petit palais.
Touchant du bout des doigts, le bois d'un buffet, doit on pouvait imaginer la sueur employé par l'artiste l'ayant réalisé...

Alors qu'elle partait dans un rêve, elle entendit bourdonner à ses oreilles
voilà mon ange mon havre de paix , un petit bout de terre en plein soleil juste a la lisière de la forêt , viens regarde comme c'est magique, écoute les oiseaux chantaient.

Reinette le sourire affiché, tendit sa main, se laissant tirer prêt de l'appui de fenêtre, se laissant doucement enlacer, elle laissa tomber sa nuque vers l'arrière, laissant balancer sa tête sur l'épaule de son compagnon...

Alors qu'elle regardait le mignonnet muret de pierre caressé par un lierre abondant, elle senti lentement un souffle chaud se pencher dans son cou, plaisir sensoriel qui lui fit refermer les yeux, tel une courtisane humant son parfum, elle offrit son cou à se baiser sucré, tout apprécié...

Relevant doucement les épaules de plaisir, croisant ses bras sur son bas ventre, afin de caresser les avant bras de son aimé, elle respira , intimement, savourant enfin ses instants de calme en sa présence...

Un susurre, de son ange, qui la fit sourire, relevant ses pommettes jusque sous ses grands yeux...
je te montrerais la chambre juste a coté mais installe toi , je te prépare une bonne tisane.

Ravie d'autant d'attention, elle se tourna face à lui, lui prenant le visage entre les mains, pour doucement l'embrasser, quand SOUDAIN, on frappa à la porte...

Reinette regarda son pat, les yeux écarquillées de surprise, et interrogative
Tu attendais quelqu'un?
avatar
Reinemab
Admin

Messages : 462
Points : 364
Réputation : 0
Date d'inscription : 28/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://royaumedesrainettes.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: parti d'albi

Message par Reinemab le Mar 6 Oct - 20:23

Zazous a écrit:Zazous avait fait le voyage d’Albi jusque Mortagne en compagnie de Pat et de Reinette et sans oublié Dimitri.

Pat était le frère de son aimé, de celui pour qui elle avait fait le voyage.
Reinette était sa meilleure amie, comme une sœur pour elle. Elle lui confier ses plus doux secrets.
Quand a Dimitri, il était son fils. Elle avait quitter le père de Dimitri pour rejoindre Bermude. Sur la route, bien qu’il soit petit, elle lui parlait de Satolas son père mais aussi de Bermude qui sera la comme un père pour lui. Elle ne faisait que ça parler de l’être cher a son cœur.

Ce matin là, alors que Dimitri avait pleuré une partie de la nuit, surement la fatigue du voyage.
Mais aussi les grenouilles de reinette qui jouaient beaucoup avec Dimitri pendant cette longue route.
Zazous était resté au fond du lit sans entendre Bermude partir.

C’est en se levant que celle-ci vit le petit mot laisser pas son aimé.

Ma toute belle je ne suis pas parti loin je suis allé chez pat et reinette, je sais que tu as besoin de sommeil, je t'ai donc laissé dormir rejoint moi chez lui avec le petio

amoureusement berm

Zazous sourit à son mot et décida de les rejoindre. Elle habilla et nourrit Ditrimi et se prépara

Mais une question la turlupina, Où habite pat ?
Elle se souvenait des explications de Berm mais aussi de Pat lors du voyage qui avait exposé à Reinette la douceur de sa maisonnée.

Elle prit le chemin de la maison de Pat et aujourd’hui celle de Reinette enfin plutôt a la recherche de cette maison.
avatar
Reinemab
Admin

Messages : 462
Points : 364
Réputation : 0
Date d'inscription : 28/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://royaumedesrainettes.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: parti d'albi

Message par Reinemab le Dim 25 Oct - 2:38

[parti de Mortagne direction Normandie]

Se soir là, en Normandie, une pluie venait cingler les visages de deux âmes soigneusement abritées sous un long mantel. Sentant jusque dans les terres, ses plages et ses grandes marées, portées par les vents qui inspirent les sens par le goût du sel sur les lèvres...

Enfin, le nord, enfin les ruelles de Lisieux, qui étaient quasiment désertes et où seul le vent frais faisait virevolter les cheveux sombre d'une silhouette délicate, enlacée dans les bras d'un puissant protecteur, évoluant hâtivement dans les alcôves de la ville, à la recherche d'un abris.

C’était grisant et un peu magique pour ces créatures de se retrouver là...

Pendant que leurs amis étaient restés, à leurs propriétés à Albi et Mortagne, pour moissonner. Son ami Théo, lui, ne donnait plus de signe de vie.
C'est donc accompagné de son aimé Patrice, qu'elle "la petite grenouille, reinette (rainette), comme pouvait la surnommer ses amis" était venue mettre les pieds en Normandie.

L'érudit qu'elle avait engagée, la faisant appeler à Rouen pour rencontrer, une femme ayant des informations sur ses parents d'origine.

Il lui avait écrit pour l'informer, et elle n'avait pas hésiter à monter au nord, l'esprit flottant comme dans un rêve ! D’ailleurs, depuis, elle vivait sur un petit nuage, à l'idée de pouvoir peut être, après toutes ses années de recherches, les retrouver enfin.
L'engouasse aussi faisait dorénavant parti de son quotidien, quel passé allait lui tomber sur la tête, et si c'était des malfrats? cela lui tournerait peut être les sangs !
Reinette réalisait à peine, se que son passé allait pouvoir lui révéler...

Le temps était de plus en plus maussade, les trombes d'eau éclaboussaient l'habit de protection, les pas en cadence, ils dévièrent tous deux dans une ruelle, au loin une enseigne, accrochée à une armature en fer forgé, certainement cingler par un artisan du coin.

Ils se dirigèrent d'un pas plus léger et fluide, passant furtivement devant chaque fenêtres, tel des fantôme, sens bruits.

Arrivé devant la boutique, et voulant s'assurer de savoir où ils allaient s'abriter. La jeune femme frotta un des carreaux de la vitre afin de voir se qui se trouvait à l'intérieur. Des chaises, un comptoir et de nombreux chalands entrain de discutailler et s'abreuver...

Cela paraissait être une taverne. Elle leva la tête vers l'enseigne, se prenant l'averse sur le visage, plissant les yeux elle put lire le nom de celle ci.
Elle tourna son visage vers son aimé, tendit d'index vers la plaque et dit.

C'est, bien ici mon ange que nous avons rendez vous, viens entrons au chaud.


Elle poussa la lourde porte en bois, un courant d'air froid s'engouffra avec eux dans la taverne.

Pat jeta le mantel vers l'arrière et le ramena agilement mourir sur son avant bras , il laissa là, apparaitre une silhouette généreusement comblée, dont on pouvait apprécier la douceur des rondeurs, dans un déshabillé impertinent, laissant apparaitre un aspect de tatouage sur l'épaule de la jeune femme, qui se cachait là à ses cotés.

Reinette chassa d'un geste de la main, sa chevelure humide mais toute fois étrangement accompagnée de reflet d'argile, ceux-ci vinrent s'abandonner sur ses épaules...

D'une main la demoiselle attrapa la pince de son compagnon et la pausa délicatement sur ses hanches.
Puis elle avança lascivement jusqu'à une table, cherchant du regard l'homme de main, qui avait des choses à lui révéler.

Point encore là, allons à cette table libre, veux tu?
dit elle en se tournant vers son aimé.

Ils s'y dirigèrent, se retrouvent dos à l'assise, elle passa ses mains sous ses demis-lunes et ramena le tissu humide des ses braies vers ses cuisses.
Reinemab s'installa alors délicatement sur son siège, face à patrice14, son compagnon.

Elle jeta un œil en direction de la porte, voir si celui, temps attendu arriverait. Puis elle plongea son regard dans celui de son ange adoré, laissant lentement son sourire s'afficher, avec ses pommettes qui remontent, en même temps que son doigt pour s'adresser au tavernier, qui ne perdit pas de temps pour faire son arrivée.

Bonjour, pourrions nous avoir, un de vos plus corsé breuvage, afin de nous réchauffer,s'il vous plait, Merci.

Elle en avait bien besoin, les extrémités de ses mains et ses pieds étaient frigorifiés... Elle regarda fripouille son compagnon, avec l'idée en tête de se réchauffer les extrémités, entre ses cuisses...
avatar
Reinemab
Admin

Messages : 462
Points : 364
Réputation : 0
Date d'inscription : 28/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://royaumedesrainettes.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: parti d'albi

Message par Reinemab le Dim 25 Oct - 14:30

Drahan érudit employé par la demoiselle Albigeoise, arriva à la ville dite, trempé par une légère pluie.
Il déambulait dans les rues, recherchant la taverne pendant plusieurs minutes, la pluie s'était arrêté.
Les nombreuses gouttes restèrent sur le visage de Drahan, qui continuait sa marche silencieuse à la recherche du lieu de rendez vous.
Arriver enfin à la porte, de celle ci, il remit en place une mèche de cheveux qui lui gâchait la vue.
Puis poussa la porte.
Reinette allait elle le reconnaitre, depuis des mois qu'ils ne s'étaient point vu, et avait elle put arriver au terme de son long voyage ?
La vieille femme, les avait elle déjà rejoins?
Alors qu'il faisait son entrée, il parcouru des yeux la pièce, remarqua un couple au font de celle ci, la demoiselle de dos ressemblait étrangement à celle attendue, Drahan avança, les yeux froncés jusqu'à eux, déposa sa main sur l'épaule de la jeune femme.

Reinemab?

Il attendit, debout le bras et les cheveux dégoulinant que la jeune femme feuille bien lui repondre.
avatar
Reinemab
Admin

Messages : 462
Points : 364
Réputation : 0
Date d'inscription : 28/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://royaumedesrainettes.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: parti d'albi

Message par Reinemab le Lun 26 Oct - 2:42

Reinette sentie une lourde main se poser sur son épaule, l'eau se mit à couler jusque dans le creux de ses omoplates, se qui lui procura un frisson, tout en entendant son nom, elle se retourna...

Drahan

Elle se leva, lui offrit la bise, et lui proposa d'un geste de la main, de se joindre à eux...

Allez bien? je vous présente patrice mon compagnon, si je suis arrivée jusque là c'est grâce à lui.

Elle regarda vers la porte et ajouta...

La dame ne vous a pas accompagnée?

Reinette releva là main, pour interpeler le tavernier, afin qu'il vienne les resservir, afin de discutailler sens s'assécher...
avatar
Reinemab
Admin

Messages : 462
Points : 364
Réputation : 0
Date d'inscription : 28/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://royaumedesrainettes.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: parti d'albi

Message par Reinemab le Lun 26 Oct - 2:42

Elle se retourna, se visage, c'était bien elle nul doute elle n'avait pas changée, sauf peut être qu'elle paraissait plus épanouit qu'autre fois.
Allez bien?
Oui, oui, je vous remercie, vous avez fait bonne route?

je vous présente patrice mon compagnon, si je suis arrivée jusque là c'est grâce à lui.
D'un sourire, il comprit alors le pourquoi de cette mine réjouit, elle avait rencontrée quelqu'un.
Tout en s'assaillant, il salua l'homme de la tête.
Enchanté, je suis Drahan
La dame ne vous a pas accompagnée?
Elle ne serrait tarder, ne vous inquiétez pas, elle aussi très curieuse de vous rencontrer, par contre comme vous devez en avoir eu vent, nous n'avons put nous retrouver à Rouen et je ne suis pas certain que vous puissiez rester en Normandie encore longtemps.
Je suis navré, mais c'est pour votre sécurité, alors j'espère, qu'elle pourra suffisamment vous renseigner, quand elle arrivera.

Drahan, regarda le couple qui s'était accolé face à lui, et souria en coin, tout en levant sa choppe, pour trinquer avec eux.


Dernière édition par Reinemab le Jeu 21 Juil - 1:23, édité 1 fois
avatar
Reinemab
Admin

Messages : 462
Points : 364
Réputation : 0
Date d'inscription : 28/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://royaumedesrainettes.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: parti d'albi

Message par Reinemab le Lun 26 Oct - 2:43



En cette même nuit, une autre silhouette s’avance.
Chancelante, le pas plus engourdit que celui d’une danseuse, elle s’avance dans une impasse.
Et le silence, toujours. Cette fois brisé par le clapotis des eaux boueuses des allées de la ville.
Et cette vieille femme s’avance dans l’impasse, avant de pousser la porte de la taverne.

Elle reconnue l'homme qui était venu la chercher, attablé avec deux autres jeunes personnes, elle avança et dit de sa sa voix rugueuse empreint d’un ton empreint de respect.

Me voici, je vois que vous êtes bien arrivé

Trois secondes s’écoulent avant qu'elle de daigne s'assoir. Et elle se faufile entre les chaises, cette non gracieuseté. Sous la lumière des torches.

Vous m'attendiez, mais ne perdons pas de temps

Elle prit enfin place sur le large fauteuil en bois sculpté.
Son visage rude, encadré de cheveux blancs, est illuminé par une paire d’yeux gris pétillants de connaissance.
Elle sourit des ses dents noirs et, d'un ton acide

Ressemblez à votre mère, mon enfant

Dit elle en dévisageant la jeune femme brune aux yeux émeraudes

Aviez des questions, à laquelle réponses je puisses avoir?
Je penses que oui, votre visite en ses lieux sont précises si je ne me trompe...


Le regard de la dernière venue se fit lointain, un instant. Puis elle éleva la voix, d’un timbre empreint de mélancolie mais aussi de haine

Je suis Gertrude servante de dame Marguerite Beauchampa

La vieille tourna le visage, afin de masquer quelques larmes avant de poursuivre

Il me faut vous dire qui était votre père ma fille, messire John Talbota, excellent officier ayant du sang froid et de l'autorité, combattant courageux aux talents militaire reconnu.

Un soupire survient d'entre les lèvres fripées, de la vieillarde

Il fut à son époque, parmi les capitaines de Normandie, le plus estimé autant que redouté "pour ce que il faisait honorablement sa guerre"

Comblé de biens et d'honneurs, Capitaine de Rouen, etc...

Défendant la Normandie au côté de valeureux soldats et gradés, tel que son ami, Theodolphe de Trévière.

De ma maitresse Marguerite Beauchampa, lui donna trois fils, dont l'aîné, J. Talbota, mais fut tué lors d'une bataille, et deux filles dont pour l'une il n'apprit jamais la naissance, VOUS


La désigna du doigts

Votre père, partait sens cesse en guerre, ainsi votre mère pendant se temps accoucha à l'aide de sa nouvelle amie Clémence de Préville (compagne de Theodolphe de Treviere) d'un deuxième enfant, une fille.

en Normandie en 1432, votre sœur Krikouille.

Oui!!! celle qui vous avait retrouvée, grâce à un billet de votre mère.

Mais votre père revint de bataille, chagriné par la perte d'un de ses fils, de son premier mariage, raccompagné par son ami Theodolphe, il rejoignit femmes et enfants.

Apprenant la naissance d'une fille, qu'a ses yeux en ses jours de deuil d'un fils, il ne pouvait qu'estimer fragile, il la fit envoyer dans une réputée école religieuse loin vers Albi.

Votre mère Maguerite, ne supporta point la séparation, jura que jamais il ne tiendrait d'autre femme prisonnière dernière les murs d'un monastère.

Il passa ainsi la plus grande partie de sa vie en Normandie et y acquit ses plus beaux titres de gloire, et pleura en 1433 son ami Theo, assassiné.

En 1438, sa femme masqua une nouvelle grossesse en se rendant chez l'une de ses cousines à Troyes, et accoucha, en cachette d'une seconde fille, dont il n'apprit jamais l'existence.

Me confiant l'enfant et l'engagée à la placer dans une panier en osier, pour ensuite la déposer dans un des bras de Seine.


la rombière baissa la tête, honteuse de son geste, puis la releva et justifia

Maguerite, se l'était promit.
Mais la culpabilité, d'abandonner de nouveau une enfant, sens défense, la rongea pendant des années.
N'ayant, que pour unique confidente sa fidèle et dévouée amie, Clémence de Préville souffrante aussi par la perte de son mari.

Vous avez été repêchée, à quelques mettre plus loin, j'ai vu la femme qui vous a accueillit, et n'en ai dit mot à ma maitresse.
Ayant peur d'être expulsé pour mon erreur.

Seul... le jour ou elle fut mourante je lui révéla la vérité, et c'est sur son lit de mort...


Dépose sa main fanée sur celle de la jeunesse

...qu'elle écrivit à votre sœur pour vous retrouver, ainsi qu'à sa dévouée amie Clémence, afin qu'elle puisse vous protéger pour elle, après sa mort

Un instant son regard parti errer jusqu’à trouver les bons mots. Un soupire.
Elle le sait, elle le pressent, rien d’autre qu'annoncer des pertes, qui laisse se goût... se goût amer.
Que dire pour redonner l'espoir de retrouver un père quelque part.
Quel père? celui qui serra fière de voir une fille tel que celle ci, ou bien le père absent et ignorant.
Vers où la diriger, pour qu'elle soit protégée... mais bien sure, là où sa mère projetait de la mener en sécurité.

Demoiselle !!! écrivez à dame Clémence de Préville, à Bayeux, elle serra vous écouter et vous guider. Votre mère avait toute espérance en elle, contactez là et faites lui confiance à votre tour

D'un hochement de tête, et d'un sourire la vieille tapota la main de reinemab, avant de se lever.

Il vous faut partir maintenant, vous n'êtes point en sécurité ici

Elle se dirigea vers la porte boiteuse, et ouvrit la porte, le vent venu du Nord se mit à souffler avec puissance.
Le ciel coloré de gris. Ce gris qui semble contenir toutes les peines du monde. Laisse s’échapper une fine bruine, telle des larmes contenues.

Elle se fige et écoute le souffle froid qui fait virevolter ses cheveux. Elle écoute la pluie qui fouette son visage. Et elle écoute la voix qui hurle constamment en elle. La voix de la haine.

Le temps passe. Au bout d’un temps, elle se détourne de ce paysage, s’arrachant aux méandres de ses sombres pensées dans lesquelles elle s’était plongée, puis s’avance le long de l'allée principale.

Le ciel s’est assombrit, tirant sur le bleu sombre, et les premières étoiles s’accrochent à la voûte céleste.

Elle marche, se séparant et se volatilisant, du regard des jeunes personnes à qui elle confia en se présent les seuls secrets qu'elle détenait.

L'odeur nauséabonde, mélange de chien mouillé, lentement avec elle s'estompait


Dernière édition par Reinemab le Lun 26 Oct - 11:46, édité 1 fois
avatar
Reinemab
Admin

Messages : 462
Points : 364
Réputation : 0
Date d'inscription : 28/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://royaumedesrainettes.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: parti d'albi

Message par Reinemab le Lun 26 Oct - 11:46

Pendant toute la matinée, les tables de la taverne ne désemplissaient pas. On vit défiler toute la jeunesse du pays...

Le cuisinier s’affairait à plumer et cuire la volaille, désosser la viande, préparer ses terrines et sa fameuse “Entrecôte grillée” selon un art consommé...

Quant la veille femme entra, un silence pesant se fit ressentir...

Une odeur peu agréable, se dégagea de la pauvre femme...

Le monde commença à se raréfier et il ne resta bientôt plus que quelques groupes clairsemés, ici et là, qui s’attardaient, tant la soirée s’annonçait humide dehors...

Le ciel, vers l’ouest, se teintait délicatement de reflets grisants, comme si un peintre s’amusait à y délayer sa morosité. De longues coulées annonçant l’hiver, se mélangeaient lentement au éclat d'un éclair, qui laissait peu à peu, place à un sombre et resplendissants noir funèbre...

Reinette leva les yeux vers la silhouette qui manifestement s’adressait à elle...

Me voici, je vois que vous êtes bien arrivé

Vous m'attendiez, mais ne perdons pas de temps

Ressemblez à votre mère, mon enfant

Immédiatement charmée par la voix de la personne âgée. Les cheveux blancs, recroqueviller par les ages passés, mince, en jupe longue bariolée et chemise sombre soigneusement fermée du premier au dernier bouton. L’allure était lente et la voix bien timbrée. D’où sortait-elle ?

Elle s'essaya là, sur le large fauteuil en bois, presque en face d’elle, et entama son récit...

La jeune fille resta muette et dut se secouer pour donner le change, masquer ses larmes à entendre enfin son histoire. Patrice qui la connaissait bien remarqua l’émotion de sa compagne, vint la soutenir en passant son bras sur son épaule...

Avec sa frange délurée et ses manières toutes simples, Reinette n'en attendait pas temps en révélations, se qui la laissa sens voix...

Les trois jeunes gens restèrent aphone un instant, avant que la vieille ne les invites à se quitter, déjà, au plus vite...

Reinemab adressa son plis à Clemence de Préville dès le lendemain, au milieu des balluchons, dans le refuge où ils s'étaient abrités qui menaçaient de s’écrouler d’un instant à l’autre...

Il régnait dans se lieu, une sympathique odeur de frais, de poussière remuée, de pain grillé, la jeune femme leva les yeux de ses écris, et vu toute l'attention de son aimé patrice à prendre soin d'elle.

Elle se leva et alla s'installer à ses côté. Le touchant du genou, et goûtant avec délice cette promiscuité obligée. Elle promena en souriant, un regard tendre à son égard...

Mon ange, j'envoie ceci à Bayeux, pour dame de Préville, puis nous repartons... merci d'être là


Elle lui offrit un tendre baiser avant qu'il n'extrait deux bols d'un balluchon, afin de leurs servir une boisson réchauffante. Le tissu était rempli de victuailles : cidre, œufs durs, pain, fromage et olives achetées sur les différents marchés traversés lors de leur longue aventure....

Le déjeuné terminé ils se levèrent comme un seul homme, et partir de cette belle Normandie...
avatar
Reinemab
Admin

Messages : 462
Points : 364
Réputation : 0
Date d'inscription : 28/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://royaumedesrainettes.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: parti d'albi

Message par Reinemab le Ven 27 Nov - 12:08

[rp]Cela faisait plusieurs mois, que la petite grenouille albigeoise avait quitté le nid, à la recherche de la vérité, qu'elle eu d'ailleurs trouvé...

Elle n'eu pas le temps de bien écrire à tous ses amis, mais avait fait en sorte d'en donner par simonie afin de rassurer ses proches amis...

Sur les chemins escarpés accompagnée de son ami et dorénavant compagnon patrice, ils avaient traversé moult épreuves...

Certes la roulotte que leur avait confectionné Eric et drumgray avait tenue le choque, malgré les routes peut aménagées...

Les essieux avaient une fois lâché et cela leur couta un œil de faire réparé, mais cette roulotte était bien plus qu'un véhicule, elle était l'union et les efforts d'amitiés sincères, même si souvent celles ci restaient réservées et retenue...

C'est ainsi que malgré tout ils la firent réparé pour poursuivre la route en direction de leurs amis...

Et, d'autant d'aventure avec BOURRIQUE leur canasson, pour qui chaque soir à l'arrivée de chaque étapes, il fallait faire le service, déshabillage, brossage, puis un peu d'avoine et seulement après ils pouvaient s'occupèrent d'eux.
Assurer par exemple aussi les fugues répétées de l'animal, qui laissait à l'emplacement du camps plus que la chaîne et le piquet où elle était arnachée.
Reinette en fit plusieurs fois les frais, a courir jusqu'à la précédente ville , où l'animal repartait brouté dans les champs des paysans.
Cela fut un bon moyen aussi pour elle de garder un entrainement quotidien militaire.
Puis alors, je vous raconte pas mais tirer aussi un animal de 700Kgs qui n'a pas l'intention de suivre, ça maintient en forme...
La jeune soldate, eu bien aussi tenté de monter dessus mais la jument n'avait pas l'air d'apprécier, et à chaque tentative de la grenouille lui croqua le derrière.
Ôh !!! combien de fois, reinette s'était retrouvée avec des bleus à cause de cette maudite bestiole, qui ne manquait pas de s'arrêter à chaque par terre de fleurs...

Et qu'elle aventure, en arrivant à Mortagne que de se retrouver en seulement quelques jours, trainée devant les tribunaux pour avoir craché au visage d'un duc désobligeant, et vulgaire...

Puis enfin, des retrouvailles, triste certes, apprenant que sa mère était décédée, ne lui laissant que pour conteuse la meilleur amie de celle ci madame Clemence de Preville qui lui apprendra aussi que son père lieutenant est introuvable sur les champs de bataille...

Elle ne les avaient jamais connue, mais dorénavant elle pouvait y mettre un nom, elle savait et découvrit bien d'autre surprises, comme celle que son ami theo n'était pas arrivée à Albi par hasard, étant le neuveux de dame de Preville, elle l'avait fait envoyé là, près de filles de sa meilleur amie, mère de krikouille et reinette...

Il avait donc un lien en commun, un lien qui les unissaient bien plus que leur grande amitié et admiration l'un pour l'autre...
C'est pour cette raison, que reinette revint essentiellement à Albi se jour, il fallait qu'elle le voit, qu'elle lui parle, d'autant plus que depuis plusieurs mois il ne répondait plus à ses courriers, il fallait qu'elle sache...

Mais avant cela, elle était heureuse de redéposer le pied en Albi, et se précipitât croiser quelques visages familiers en ville, puis à la caserne afin de saluer ses compagnons d'armes...

Héééééééé, bonjour Albi, CROAACCC cRAaaooc croaaaccc

Cria t'elle en arrivant, le sourire aux lèvres... [/rp]
avatar
Reinemab
Admin

Messages : 462
Points : 364
Réputation : 0
Date d'inscription : 28/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://royaumedesrainettes.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: parti d'albi

Message par Reinemab le Mer 2 Déc - 13:45

Reinette était rentrée de voyage, elle avait cherché après son meilleur ami Theodomir.
Mais en rentrant chez elle, elle trouva un pli peut réjouissant ainsi qu'une enveloppe de la part de celui ci, une grande somme lui avait été offert en héritage.
Elle s'en doutait, il ne donnait plus de nouvelles depuis des mois, mais cela malgré tout restait une grande épreuve, se jour elle ne voulu sortir, mais en voyant tout cette argent devant ses yeux, elle se dit que theo aurait voulu qu'elle en face profiter...

C'est ainsi, qu'elle se rendit tout simplement sur le marché se jour là, séchant discrètement les larmes de sa peine, et attachant solidement cette bousse devenu bien lourde à présent...

Elle partie à la recherche d'un produit exceptionnel, afin de surprendre et remercier son homme, son ange, son amant, qui veillait depuis leur départ sur elle...

Lui qui aimait les produits rares, les commercer pour aider les plus expérimentés, mais jamais au grand jamais, il ne se servit pour lui même...

C'est ainsi, que se jour, elle profita de cette argent, au marché, lieu où tout Albi se rendait chaque jour.

Un homme criait, un tisserand... Des prix il baissait, les vêtements il bradait et c'est ainsi que son nez tomba sur cet étal..

Ses petits mains frileuses par se temps hivernal, quittèrent les poches de ses braies, pour effleurer du bout des doigts la cape chaude qui se présentait à elle...
Quelle réchauffement divin! Et cette douceur comme une seconde peau, chaude, plus sensuelle...
elle n'avait rien touché de tel jusqu'alors...

Mais qui était se tisserand, qui de ses talents, confectionnait de si beaux et agréables vêtements...
L'homme debout devant elle voyait surement son interrogation...

Citation:
C'est une cape, confectionnée dans la plus pure tradition, en velours et satin, elle est aussi douce que réchauffante.


Sur ces mots, reinette songait de suite à en faire cadeau à son aimé Patrice, mais où était il? quel couleur lui conviendrait, puis viendrait il s'y lover dessous avec elle, comme autres fois avant qu'elle offre la sienne.

La voyant songeuse, le marchant afin de la convaincre, pris la cape, et la déposa sur ses épaules, et lui mit la capuche sur sa longue chevelure aux mèches colorées...
Citation:

Voyez comme elle est chaude, mademoiselle

Elle prit les extrémités de la cape, et s'enveloppa dedans tel un nouveau né. C'est vrai qu'on y était au chaud, cette cape était plus agréble que sa précedente, mais fallait il qu'elle s'offre cette folie?
Si seulement son aimé, voulait bien montrer son nez, peut être pourrait il la laisser se tenté, pour elle, pour lui, pour eux...

Où fallait il être raisonnable, et utilisé cette argent plus intelligemment.
Elle avait tellement envie, de se faire et faire plaisir, comment se retenir...

La petite grenouille chercha autour d'elle un visage familier, afin de l'aider à se décider...
avatar
Reinemab
Admin

Messages : 462
Points : 364
Réputation : 0
Date d'inscription : 28/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://royaumedesrainettes.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: parti d'albi

Message par Reinemab le Lun 7 Déc - 18:26

text à von apres l'avoir croisé en taverne et qu'il est découvert que reinette est refait sa vie

Assise sur une chaise dans ma roulotte, je regarde, hébétée, les lumières de la ville d'albi.

Comme dans un rêve, j'entends des cris, des pleurs, des voix qui semblent venir de loin, de très loin, comme un regret de ne pas t'avoir prévenu.

Mais aurais je dut?

Comment en est-on arrivé là ?

Tout-à-coup, un bourdonnement me fait sursauter, celui de tes dernières paroles en taverne raisonnant dans ma tête, et qui me laisse exploser en larmes.

Je hoche la tête lentement, mon regard de nouveau fixé vers l'extérieur.
Quel est notre lien à présent ensemble, exactement ?
Je suis ton ex compagne, ou une amie à tes yeux?

Et ah mes yeux, ne dois tu plus être personne pour moi, après plus de neufs mois passé ensemble?

Non c'est impossible, que tu ne sois rien, et se chagrin qui me fait si mal que j'ai l'impression que je vais mourir, en t'entendant dire que tu n'as plus rien.

Mais tu as une amie, Moi, et ta vie militaire, dont tu as toujours sacrifié ta propre vie, pour elle...

Rien ne pourrais être plus terrible que de me demander de t'oublier. Rien. C'est simplement impossible...

Je sens une bouffée de colère monter en moi.
Si j'avais une idée de ce qui se passait en toi, si j'avais sut que refaire ma vie t'affecterait autant, j'aurais tout fait pour empêcher que tu l'apprennes ainsi!

Un évènement, une phrase, quelque chose qui aurait pu laisser entendre que...

Bien sûr, je savais que ça n'allait pas, mais je pensais que c'était simplement professionnel, que ça passerait...

C'est de ma faute, j'aurait dû m'en apercevoir, essayer de faire quelque chose, d'en parler...

Si je ne devais plus te voir, ni te lire, j'en mourrais, j'ai beau refaire ma vie, je ne pourrais t'oublier, et ne supporterais jamais de ne plus te voir...

Il y a des choses qui ne se guérissent pas. Et un proche qui vous sommes de l'oublier en fait parti.

Retient et grave se que je vais dire maintenant, pars que je ne te lâcherais pas :

Je serai toujours là pour toi, tu seras toujours quelqu'un de spécial pour moi, et tu pourras toujours compter sur moi

je tiens quoiqu'il en soit à toi
que tu le veuilles ou pas
je serrais celle qui promet d'être ton amie fidèle et se pour l'éternité

je t'embrasse affectueusement
reinette
avatar
Reinemab
Admin

Messages : 462
Points : 364
Réputation : 0
Date d'inscription : 28/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://royaumedesrainettes.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: parti d'albi

Message par Reinemab le Lun 21 Déc - 15:22

repartit d'albi qui n'était plus pareil, des amis qui se bagarre comme des enfants, reinette et pat reprennent la route

-
bonjour mon aimé

Quelles belles attentions de ta part, à mon égard après une nuit fortement appréciée dans tes bras...

Lentement une bataille qui s'annonçait sauvage... m'effeuillant tel un végétal à automne, debout face à toi, t'offrant ainsi progressivement la vue de mes courbes, et blessures sur la peau...

Mes mains réchauffer par les huiles ramassées durant nos voyages en souvenir, pianotant délicatement ton corps à moitié nu les premiers temps...
Te palpant tes épaules pour un massage en douceur qui descendit le long de tes bras, jusqu'à l'extrémité de tes doigts...
Pour s'attendrir sur ton torse, puis les flans de ton corps...
Mes menottes adoucies par se baume t'effleurent, te massent et te palpent avec bonheur...
De part et d'autre de ta cuisse malaxe jusque à la pointe de tes petons, voute plantaire et doigts de pieds... Passant à l'autre jambe, où je me permit une caresse effleurée sur ton membre viril, un sourire taquin avant de poursuivre sur mes désirs...

Jusqu'à se que je sois tienne et que tu sois miens, ne faire plus qu'un, sous une couette légère qui cette nuit là, me donnait des ailes...

je t'aime mon crapaud
je t'aime à en crosser d'amour pour toujours
CRoaaaaaaaaaaccccccccccccccccccccccccccccc
ta petite chose verte

-
avatar
Reinemab
Admin

Messages : 462
Points : 364
Réputation : 0
Date d'inscription : 28/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://royaumedesrainettes.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: parti d'albi

Message par Reinemab le Lun 18 Jan - 11:12

[RP] Une promenade, une roulotte et une capitale menacée
Flore a écrit:Dimanche 10 janvier – Entre Marseille et Aix

Semaine chargée pour Flore. Après le décès inopiné du Seigneur de Bonnieux, la procure restait vacante. Il s'agissait du premier choix de la jeune Lendelin. Une fonction nettement plus en accord avec ses affinités. Un épouvantail pour les conseillers lorsque la question de la salle des plaintes arrive sur le tapis. Flore y voit plutôt un défi, sur lequel elle a déjà réfléchi.

Dans le cadre de sa précédente fonction, Commissaire aux Mines, elle s'était engagée dans un tour de Provence avec sa soeur Istanga. Toulon, toujours un plaisir. Brignoles, bref passage, faute de temps puis Draguignan. Pourquoi cette hâte ? Des nouvelles de l'étranger inquiétaient les responsables de la sécurité et l'injonction de se rendre en la capitale au plus vite fût donnée.

Un crochet par Marseille, où Iskander les attendait pour les escorter et les voila parties pour une durée indéterminée.


Istanga, j'ai besoin que tu m'expliques à nouveau l'utilisation de ton étrange appareil. Iskander en est témoin. Lors de l'animation des enchères, afin de combattre mon anxiété, j'ai fait infuser les plantes que tu m'avais dites. L'effet a été pour le moins déconcertant, quoique plaisant. Faut dire aussi que je les ai toutes mélangées. Peut-être un peu forcé la dose ...

Crois moi ou pas mais j'avais l'impression de mieux comprendre les choses et surtout, ne ressentait plus aucune crainte. D'après les rapports des douanes, vaut mieux avoir ce genre de remontant dans les semaines qui viennent.

Sourit

Iskander, vous y croyez à cette guerre annoncée ? Vous êtes dans l'armée, non ?
Se tourne vers sa soeur : Hum s'il y a mobilisation, je n'y couperai pas. Or, moi et la discipline militaire ...

Tout en conversant, Flore observe le paysage. Pas pour sa beauté. Non. Pour sa disposition. Les grandes plaines aux alentours d'Aix permettront l'installation du matériel militaire lourd. Elle ne voit pas vraiment d'endroit où les troupes provençales pourraient prendre les ennemis à revers. L'appel à la concentration à Aix la confirme dans son avis : blocus de la ville. Ce choix l'inquiète. Que vont devenir les autres villes ? Seront-elles sacrifiées pour le château ? Qui va payer et nourrir les défenseurs ? Le comté le fera bien sûr mais combien de temps ? Les caisses sont vides. Elle préfère ne pas soulever ces problèmes ouvertement auprès de ses compagnons. Ce n'est guère rassurant.

Une construction attire son regard. Ah non, pas un bâtiment. A ses compagnons :
Vous avez vu ? Je suis souvent passée par ce chemin et je n'avais jamais remarqué cela.

Les trois cavaliers s'approchent, pour constater la présence d'une roulotte.

Vous croyez qu'il s'agit d'espions français ?


Dernière édition par Reinemab le Lun 18 Jan - 11:18, édité 5 fois
avatar
Reinemab
Admin

Messages : 462
Points : 364
Réputation : 0
Date d'inscription : 28/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://royaumedesrainettes.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: parti d'albi

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum